Womanimal

06 mars 2006

Il y a des jours où j'aimerais être une hirondelle
pour pouvoir ouvrir grand et battre des ailes
pour m'envoler dans le ciel
et trouver la vie encore plus belle.

Mais vu que je suis un humain
je dois vivre et penser au lendemain
prendre ma vie en main
pour tracer jour après jour mon chemin.

Parfois j'aimerais être une gazelle
pour pouvoir jouer à la marelle
passer mes journées à sauter de tout bord tout cotés
et quand je suis fatigué, me reposer sans rien penser.

Mais vu que je suis humain
je dois vivre et penser au lendemain
me battre jour après jour pour prouver mon amour
à tous ceux qui m'entourent dans la vie de tous les jours.

Quelquefois être une taupe serait drôle
rien faire et rien penser serait mon rôle
dormir et toujours dormir, sans rien me soucier
de ce qui se passe dans le monde entier.

Mais vu que je suis humain
je dois vivre et penser au lendemain
je dois très fort travailler
pour sous mon toit emmener quelque chose à manger
pour ne pas oublier mes enfants tant aimés
pour qu'ils puissent profiter de l'amour, l'affection
que je peux leur donner.

Et aussi quelquefois être un petit chien
un petit chien chez des gens âgés
là, je serais très bien
passer mes journées à me faire cajoler,
jouer pour m'évader
dans un lit douillet me reposer,
me faire servir sans jamais rien dire
de japper, très fort japper
pour prévenir l'arrivée de mauvais étrangers
et par la suite me faire récompenser.

Mais vu que je suis humain
je dois vivre et penser au lendemain.


Posté par panthera pardus à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les mal-aimés

L'ASPAS édite une nouvelle brochure consacrée à la défense des animaux soi-disant " nuisibles ". Renards, fouines et cormorans sont ici réhabilités par des études et des arguments convaincants.


Mal aimés, on vous aime !                              



Vous pouvez vous procurer cette brochure " Ces animaux qui dérangent " disponible sur simple demande écrite à : ASPAS ­ BP 505 ­ 26 401 CREST cedex, accompagné de 6 euros en timbres ou chèque pour participation aux frais.

Saviez-vous que le renard peut éliminer jusqu¹à 10 000 campagnols par an, ce qui en fait un auxiliaire précieux pour l¹agriculture, que le geai plante des centaines de chênes et que le corbeau freux mange des larves néfastes pour les cultures ? Pourtant ces animaux ont la réputation d¹être mal-aimés et sont classés " nuisibles ".

S¹agissant du renard, on préfère se focaliser sur les quelques poules qu¹il mange et l¹accabler de tous les torts, alors qu¹en réalité, il évite aux agriculteurs d¹utiliser des poisons pour éradiquer les rongeurs, produits qui sont de surcroît dangereux pour la nature. Pourtant chaque année, des centaines de renards sont abattus volontairement.

Cette brochure de quarante-deux pages rédigée par Catherine Levesque, journaliste et auteur d¹ouvrages sur la faune sauvage, offre la possibilité de mieux connaître ces animaux mal-aimés, leurs comportements et de déterminer plus justement leurs impacts sur les activités humaines.

Depuis trop longtemps, l¹homme s¹investit d¹une mission invraisemblable : " gérer "  l¹équilibre de la nature. C¹est ainsi qu¹il se livre à des prélèvements non seulement inutiles mais, à moyen terme, dangereux pour la survie des espèces. Il en résulte une longue liste d¹animaux à réhabiliter : renard, blaireau, belette, pigeon ramier, loup, ours, lynx...

Grâce à ce guide, chacun pourra réfléchir à des solutions respectueuses pour une cohabitation intelligente ! Et si une fouine a élu domicile dans votre grenier, pourquoi ne pas lui aménager un gîte dans votre jardin plutôt que de la piéger en sachant qu¹une autre reviendra ?

Posté par panthera pardus à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chasseurs = Danger

Petit conseil de l'ASPAS :

"Quand la chasse est finie, je décharge mon fusil !"

Cette année, les fédérations de chasseurs ont certainement oublié de signaler à leurs adhérents qu'il était important de décharger son arme avant de rentrer chez soi.

Un B.A.-ba qui ne semble pas si évident à intégrer pour certains chasseurs !       

En effet, cette année, trois personnes sont décédées en raison d¹un manque de vigilance de la part des possesseurs d¹armes de chasse.
- Un homme a tué sa femme de 44 ans en nettoyant son arme de chasse,
- une fillette de 4 ans a été mortellement blessée par un jeune de sa famille qui manipulait un fusil de chasse alors que leurs pères revenaient de l¹ouverture de la chasse et
- une jeune femme de 24 ans a tué accidentellement son frère de 18 ans en jouant avec l¹arme de chasse de son père qui était malheureusement chargée.

Ces drames familiaux prouvent que les risques liés à la pratique de la chasse ne s¹arrêtent malheureusement pas aux portes de la nature et que la manipulation d'une arme à feu requiert une extrême attention. En tant que loisir traditionnel accessible à tous, la chasse a la regrettable tendance à dédramatiser le port d'armes. Or le port d'une arme interdit toute inattention. Si les chasseurs aiment à souligner qu¹il n¹y a pas de risque zéro, l'ASPAS rappelle que ce n¹est pas en autorisant des milliers d¹homme armés à arpenter la campagne française pour leur plaisir tous les jours durant 6 mois que les risques d¹accidents seront réduits, surtout, quand certains ne sont pas capables de décharger leurs armes avant de rentrer chez eux.

La saison de chasse 2005/2006 déplore une fois de plus la mort de 31 personnes, un chiffre supérieur à celui de l'année dernière. Les plus touchés restent les chasseurs : 24 sont morts (chiffre probablement sous-estimé) cette année.

Chez les non-chasseurs, quatre personnes dont trois résidents dans l¹Aude (11) ont été victimes de tirs de balle durant des parties de chasse. Deux promeneurs de 69 et 53 ans, un ramasseur de champignon de 65 ans, et une jeune fille de 16 ans qui accompagnait son ami chasseur ont ainsi trouvé la mort. Cette année, l'ONCFS ne pourra pas ignorer ces accidents tragiques.

Plus de 55 % des accidents se sont produit le dimanche. L¹ASPAS demande aux élus de considérer ces faits regrettables et d¹interdire la chasse le dimanche.
La pétition lancée par l¹ASPAS pour l¹interdiction de la chasse le dimanche continue de circuler. Petit à petit, les Français prennent conscience des problèmes engendrés par ce loisir dangereux, qui de surcroît, les privent d¹un plaisir simple : se promener dans la nature.


Contact presse : Julie Danet - Chargée de communication
                                   Tél. : 04 75 25 10 00
                                                   Mail : info@aspas-nature.org

                  


Posté par panthera pardus à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2006

Tuer pour tuer...

Rassemblement  Anti  Chasse

   Seul l’Homme a le droit de vivre !

Il existe des enragés à tuer.

Prenant le prétexte de la grippe aviaire, le maire d’un village de l’Isère prend une décision absurde :   

Il veut avec l’aide de la société de chasse locale  supprimer  les renards, les fouines, les belettes, les putois, les corbeaux, les pies, les buses et d’autres rapaces sédentaires.

"Ces différentes espèces ont déjà provoqué chez nous un déséquilibre totale de notre faune sauvage."  ( !!!)  Il veut également   réduire colombes et pigeons logés dans le clocher.

Il faut dire qu’il est chasseur !  Alors la grippe aviaire est un fameux prétexte pour assumer sa passion ! D'autant que St Baudille ne fait pas partie des communes sous contrôle pour la grippe aviaire

La plupart des  habitants de cette commune sont scandalisés , sauf les chasseurs bien entendu !

Réagissons très vite, le carnage doit commencer mardi 7 mars.

Ecrivez en urgence – lettre courte – par la Poste au maire  René Cochet,

38118  Saint  BAUDILLE DE LA TOUR ou par Fax 04 74 83 81 06  ou téléphonez  04 74 83  86 29 

Ecrivez au conseil général de l’Isère info@defipourlaterre.org  qui se targue d’être le département le plus écocitoyen de France pour qu‘il intervienne afin d’éviter le massacre programmé. ou envoyez un message à partir du formulaire qui est sur cette page:  http://www.cg38.fr/7042-contact.htm

Demandez au préfet Michel Bart d’interdire ces chasses hors de proportion. internet@isere.pref.gouv.fr

Merci pour les animaux.

http://www.antichasse.com 

Posté par panthera pardus à 20:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2006

La Nature

 

       « C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas. »

[Victor Hugo]

« Nous devons apprendre à respecter la vie sous toutes ses formes : il ne faut détruire sans      raison aucune de ces herbes, aucune de ces fleurs, aucun de ces animaux qui sont tous, eux aussi, des créatures de Dieu. »

[Théodore Monod]

« Car enfin, qu'est-ce qu'un homme dans la nature ?

Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant , un milieu entre rien et tout. »

[Blaise Pascal]
Extrait des Pensées

« J’ai toujours aimé le désert. On s’assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n’entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence… »

[Antoine de Saint-Exupéry]
Le petit prince

Posté par panthera pardus à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Proverbes sur le Loup

Le loup a si souvent été le centre de légendes parfois grotesques qu’il a inspiré beaucoup d’expressions et de proverbes illustrant les travers humains. En voici quelques exemples...

"A chair de loup, sauce de chien."
Il faut traiter les gens selon leur mérite. A un méchant, un plus méchant viendra le châtier.

"Les loups ne se mangent pas entre eux."
Les méchants (ou ceux qui sont liés par quelque complicité) ne se nuisent pas les uns les autres.

"Hurler avec les loups."
Imiter les personnes avec lesquelles ont se trouve, même si l’on n’est pas d’accord avec eux, la plupart du temps pour recevoir des avantages.

"Le loup change de poil mais non de naturel", "Le loup est toujours loup"
Les gens ne changent pas, même au fil des ans.

"On crie toujours le loup plus grand qu’il n’est"
On exagère l’importance du péril.

"Si on savait ou le loup passe, on irai l’attendre au trou"
Si l’on savait d’avance d’où vient le danger, on prendrait des précautions.

"Y a un loup"
Il y a un problème,on nous prépare un mauvais coup.

"La lune n’a rien à craindre des loups"
Indique l’impuissance des envieux contre un mérite supérieur.

"Une faim de loup"
Désigne un grand appétit.

"Un froid de loup"
Un froid très rigoureux.

"Entre chien et loup"
Désigne la tombée de la nuit, quand il ne devient plus possible de distinguer les chiens des loups.

"Se jeter dans la gueule du loup"
S’exposer délibérément à un grand danger.

"Avoir vu le loup" (ancienne expression)
Se dit d’une jeune fille qui a perdu son innocence...

"La faim fait sortir le loup du bois"
L’occasion, la tentation ou la détresse font commettre des actes audacieux ou condamnable.

"Marcher à pas de loup"
Marcher sans faire de bruit et avec précaution.

"Faire entrer le loup dans la bergerie"
Introduire dans un groupe quelqu’un dont on ignore qu’il peut nuire.

"Quand on parle du loup on en voit la queue"
Se dit de l’arrivée inopinée de quelqu’un dont on parle.

"L’homme est un loup pour l’homme"
Tout le monde la connaît celle là mais je l’explique quand même : Traduction d’un adage latin du philosophe Thomas Hobbes (Homo homini lupus) évoquant les hommes dans l’état de nature (à l’état naturel) qui, sans Etat pour les diriger et leur imposer des limites essayerai de prendre les biens et le territoire d’autrui et s’entretueraient. Aujourd’hui cette formule désigne toute rivalité humaine.

"Etre connu comme le loup blanc"
Etre connu de tout le monde (en raison de la rareté des loups blancs)

"Un vieux loup de mer" désigne un vieux marin expérimenté.

"Un jeune loup" est un jeune homme ambitieux.

"Une louve" est une femme débauchée (ancienne expression).

"Mon gros loup"/"Mon petit loup" terme d’affection.

Il y a certainement d’autres expressions on l’on utilise le mot "loup" mais ce sont ici les principales expression que l’on puisse trouver.

Posté par panthera pardus à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L' abandon

La complainte du chien abandonné !

                                                   
      Texte de Brigitte Bardot. 

Au fond du vieux refuge, dans une niche en bois,
Depuis deux ans je purge, d'avoir trop cru en toi.
Tous les jours je t'attends, certain que tu viendras,
Tous les soirs je m'endors, sans que tu ne sois là.



Pourtant je suis certain, je te reconnaîtrai,
Viens me tendre une main, je te la lécherai.
Tu te souviens très bien, quand je sautais sur toi,
Que tu me caressais, que je dansais de joie.

Que c'est il donc passé, pour que ce 16 juin,
Heureux que tu étais, je me rappelle bien,
Tu sifflais, tu chantais, en bouclant les valises,
Que tu m'aies attaché, là, devant cette église.

Je ne peux pas comprendre, et ne croirai jamais,
Que toi qui fus si tendre, tu sois aussi mauvais.
Peut-être es-tu très loin, dans un autre pays,
Mais quand tu reviendras, moi j'aurai trop vieilli.

Ton absence me pèse, et les jours sont si longs,
Mon corps s'épuise, et mon cœur se morfond.
Je n'ai plus goût à rien, et je deviens si laid,
Que personne, jamais, ne voudra m'adopter.



Mais moi je ne veux pas, que l'on me trouve un maître,
Je montre bien mes dents, et je prends un air traître,
Envers qui veut me prendre, ou bien me caresser,
Pour toutes illusions, enfin leur enlever.



Car c'est toi que j'attends, prêt à te pardonner,
A te combler de joie, du mieux que je pourrai,
Et je suis sûr, tu vois, qu'ensemble nous saurions,
Vivre des jours heureux, en réconciliation.

Pour cela, je suis prêt, à faire de gros efforts,
A rester près de toi, à veiller quand tu dors,
Et à me contenter, même si j'ai très faim,
D'un vulgaire petit os, et d'un morceau de pain.



Je n'ai jamais rien dit, lorsque tu m'as frappé,
Sans aucune raison, quand tu étais énervé,
Tu avais tous les droits, j'étais à ton service,
Je t'aimais sans compter, j'acceptais tous tes vices.

Tu m'as mis à la chaîne, ou tu m'as enfermé,
Tu m'as laissé des jours, sans boire et sans manger,
J'ai dormi bien souvent, dans ma niche sans toit,
Paralysé, raidi, tellement j'avais froid.

Pourtant, si tu reviens, nous partirons ensemble,
Nous franchirons en chœur, la porte qui ressemble,
A celle d'une prison, que je ne veux plus voir,
Et dans laquelle, hélas, j'ai broyé tant de noir.

Voilà, mon rêve se termine, car je vois le gardien,
Puis l'infirmière, et le vétérinaire plus loin,
Ils entrent dans l'enclos, et leurs visages blêmes,
En disent long pour nous, sur ce qu'ils nous amènent.

Je suis heureux, tu vois, car dans quelques instants,
Je vais tout oublier, et, comme il y a deux ans,
Je m'endormais sur toi, mon cher et grand ami,
Je dormirai toujours, grâce à …l'euthanasie.


Et s'il t'arrive un jour, de repenser à moi,
Ne verse pas de larmes, ne te prends pas d'émoi,
Pour toi, j'étais " qu'un chien ", tu préférais la mer,
Tu l'aurais su avant, j'aurai payé moins cher.

A vous tous les humains, j'adresse une prière,
Me tuer tout petit, aurait peiné ma mère,
Mais il eut mieux valu, pour moi, cette manière,
Et vous n'auriez pas eu, aujourd'hui, à le faire.

Posté par panthera pardus à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2006

Refusez toutes formes de fourrure

Les animaux ne nous appartiennent pas. Nous n’avons pas le droit d’en disposer, que ce soit pour notre alimentation, notre habillement, nos loisirs ou nos expériences scientifiques.

Le commerce choquant de la fourrure de chiens et de chats en Chine

         

"Le meilleur ami de l'homme" tué pour sa fourrure? Non, ce n'est pas qu'un mauvais rêve. Récemment, PETA Allemagne a mené une enquête secrète sur le commerce de la fourrure de chats et de chiens en Chine et peut vous montrer ce que l’industrie de la fourrure essaie désespérément de vous cacher. Même nos enquêteurs les plus endurcis ont été horrifiés lorsqu’ils ont découvert que des millions de chiens et de chats en Chine sont assommés à coups de gourdin, pendus, saignés à mort et étranglés avec des fils de fer, afin de "garnir" divers articles de décoration, des manteaux ou des blousons.

Les étiquettes de ces fourrures sont souvent erronées, comme c'est le cas pour la fourrure d'autres animaux ; ces fourrures sont exportées dans différents pays partout dans le monde, y compris vers la France et d’autres pays européens, afin d'être vendues à des clients ignorants.

Puisque les étiquettes de fourrure de chats et de chiens sont souvent faussées, en achetant de la fourrure, vous ne pourrez jamais savoir ce que vous portez réellement.

Sur un marché d’animaux en Chine

"PETA Allemagne s'est rendu sur un marché d’animaux du sud de la Chine et y a trouvé des chats et des chiens entassés dans des cages minuscules. De toute évidence les animaux étaient épuisés. Certains d'entre eux avaient fait la route depuis plusieurs jours, transportés dans des cages en grillage, sans eau ni nourriture."

Vingt chats étaient entassés dans une seule cage. Dans des conditions déplorables, les animaux sont transportés à travers tout le pays ; nos enquêteurs ont vu des chats morts sur les cages, des chats et des chiens mourants à l’intérieur des cages ou avec des blessures ouvertes.

Certains animaux étaient léthargiques ou apeurés ; d’autres, devenus fous à cause de l’enfermement et du stress, se battaient entre eux.

Jusqu'à 8000 animaux vivants par camion sont transportés dans des cages entassées les unes sur les autres, se cassant les pattes. De nombreux animaux que nous avons vus avaient toujours leur collier, ce qui signifie qu’ils avaient une famille qui les aimait et s’occupait d’eux, mais qu’ils avaient été enlevés.

Si vous vous voulez en savoir plus, vous pouvez visiter le site : www.petafrance.com . Vous pourrez visionner une vidéo, qui vous donnera un aperçu sur la façon dont les chinois traitent nos braves amis pour en faire de la fourrure... 

La vidéo n'est que le reflet de la vérité, mais il faut avoir le coeur bien accroché pour tenir jusqu'au bout !!!

Posté par panthera pardus à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2006

Animaux Préférés

                 lynx                                     

Bien qu'aimant tous les animaux, mon coeur penche pour les félins. Ces magnifiques animaux sont aussi mystérieux que beaux. Quoi de plus magnifique qu'un tigre ? Sa puissance, son superbe pelage, son regard profond, sa prestance... Tout n'est que charme. Le félin posséde cette grâce qui lui est propre et cette indépendance qui fait de lui un animal dont le caractère ne cesse d'intriguer. Même le plus petit des félins, vous l'aurez compris : le chat, est une énigme à lui tout seul. Ce petit félin avec qui nous avons la chance de partager notre vie, est indépendant, mais contrairement à ce que d'aucuns pensent, il est terriblement attaché à son maître.

drole0481

Si vous voulez vivre en parfaite harmonie avec votre matou, il suffit de faire comme il fait avec vous : l'observer ! Le chat est très curieux et déteste que quelque chose vienne rompre ses habitudes,  il déteste le changement. Mais, fidèle à son maître et voué à lui corps et âme, il le suivra où que celui-ci aille durant toute sa vie.

Une anecdote sur le sujet : A une époque je résidais en Auvergne, magnifique région s'il en est, j'avais beaucoup de terrain, de nombreuses bêtes, et 2 chiens (un Beauceron et un American Staff), ainsi que 4 chats. Voici leurs noms, du plus vieux au plus jeune :

- Kimie (9 ans)  Chartreux croisé angora - Femelle - Grise aux yeux vert

- Pipo  (5 ans)  Siamois aux yeux bleu - Mâle

- Félix  (3 ans)  Un "Félix" - noir et blanc - Mâle

- Osiris  (3 ans)  Européen noir - yeux beige - Mâle

Tous opérés...

Ces 4 phénomènes connaissaient très bien leur place dans la bande. Ils menaient leur petite vie la journée, sauf que lorsque j'étais dehors, je les avais tous, soit autour de moi, soit (pour Kimie et Pipo), sur moi... Le soir, après la nuit tombée, je les appelais un par un, par ordre hiérarchique, et, croyez-moi ou non, ils venaient à l'appel de leur nom. Kimie me faisait rire, car elle rentrait en courant, ses longs poils au vent. Puis arrivait Osiris, jamais très loin, félix qui ne sortait quasiment pas du "domaine", et Pipo, le plus sauvage d'entre eux, qui ne se laissait approcher et caresser que par moi, et qui partait souvent bien loin dans la campagne. Tout ce petit monde rentrait passer la nuit dans la maison, chacun à sa place, jusqu'au petit matin...

Les paysans autour, qui avaient pour la plupart des chats, n'en revenaient pas ! Ils aiment leurs chats, mais surtout car ils font office de chasseurs contre les rongeurs. Au début ils me prenaient pour une cinglée. Vint ensuite l'étonnement, puis l'habitude.

Mais, si attachés à moi qu'ils étaient, des prédateurs, vils et méchants rôdaient : Les chasseurs ! Osiris s'est fait abattre parce qu'il était noir, qu'il portait donc malheur ! Pipo, lui, certainement parce qu'ils devait les déranger... Félix s'est fait écrasé un jour qu'il fuyait à toutes pattes les dits-chasseurs...

Il ne me restait plus que Kimie et mes yeux pour pleurer...

C'est une des raisons qui font que je déteste les chasseurs ! Ils n'ont de pitié pour aucun animal... Même pas des chats dont les maîtres attendent le retour parce qu'ils sont, pour eux, comme des enfants...

drole0371animo021

Posté par panthera pardus à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pauvre Loup

REQUIEM POUR UN LOUP

Le Loup vient et s’assied, les deux jambes dressées,
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
Il s’est jugé perdu, puisqu’il était surpris,
Sa retraite coupée et tous ses chemins pris,
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
Du chien le plus hardi la gorge pantelante,
Et n’a pas desserré ses mâchoires de fer,
Malgré nos coups de feu, qui traversaient sa chair,
Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
Jusqu’au dernier moment où le chien étranglé,
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu’à la garde,
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang ;
Nos fusils l’entouraient en sinistre croissant.
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
Et, sans daigner savoir comment il a péri,
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.

15490087

Posté par panthera pardus à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]